31 déc. 2013

La pissotière de Warwick Collins



La pissotière

Couverture La pissotière Titre : La pissotière
Auteur : Warwick Collins
Année  de sortie : 1999
Nombre de pages : 142
Éditeur : 10|18
Genre : Contemporain
Prix : … €

Résumé :

Ez, Reynolds et Jason, trois immigrants jamaïcains, sont « hommes de ménage » dans des toilettes Messieurs situés dans le centre de Londres. L’endroit est fréquenté essentiellement par des hommes, qui en ont fait un lieu de rendez-vous très actif. La réputation de l’établissement public se dégrade de jour en jour. Décidant de réagir, la municipalité charge Ez, Reynolds et Jason de se débarrasser des indésirables.

Les conséquences seront plutôt inattendues… Drôle et peu conventionnelle, traversée par des personnages de femmes jouant un rôle capital dans l’histoire, cette fable donne à réfléchir sur toutes les formes de racisme.

Mon avis :

Une histoire pour le moins originale, mais qui m’aura laissé un tout petit peu  perplexe.

Prendre trois immigrants et les faire travailler dans un lieu plus que dépravant et les contrôler comme des pantins.
Prendre des hommes mariés ou non, qui se retrouvent dans des toilettes publiques à faire des choses pas très catholiques sous l’œil choqué d’un immigrant qui n’aura de choix que de s’habituer à cela…

 Prendre un immigrant marié en Angleterre avec deux femmes…

Prendre un père immigrant qui s’inquiète pour son fils travaillant dans un lieu un peu trop gay à son goût (même si lui fait pour ainsi dire, la même chose).

Faire en sorte que la mauvaise réputation des toilettes messieurs ou travaillent ces immigrants se fasse oublier mais continuer à faire du chiffre à la demande de la municipalité…
Virer un de ces immigrants (qui en passant, rentre dans son pays avec ses deux femmes) parce que « les toilettes messieurs » ça ne fait plus assez de chiffres depuis la mauvaise réputation envolée…

Menacer de fermer la pissotière (les toilettes hein) et donc supprimer encore deux postes occupés par des immigrants parce que, ce fichu chiffre d’affaire baisse encore… Une idée vite, vite, vite, vite… Devenir propriétaire symbolique de la pissotière et la faire tourner pour renflouer les poches cette fois (mais plus de réputation, plus de soussous).

Que faire… ? Un seul mot ! TOLERANCE ! Accepter le retour de ces hommes qui faisaient belle réputation d’antan et leur offrir même la possibilité de le faire sans aucun scrupule… Et en se protégeant… ben oui, offrez-leur des préservatifs (histoire de gagner encore plus…)

Entre temps, se rendre compte que deux sur trois des immigrants ne parlent jamais de leur travail avec leur(s) femme(s)… Espionner son propre fils à son lieu de travail…

Je spoile pas mal ici, mais j’ai trouvé que ça, pour vous parler de cette courte histoire qui semble nous faire comprendre que sans tolérance, on arrive à rien… voila comment deux immigrants en sont venus à retourner aux sources de la tolérance envers la différence pour faire tourner leur petite affaire… même si l’histoire ne s’arrête pas là… Warwick Collins nous offre de sa jolie plume avec un brin d’humour, des mots justes et bien pensés.

Ma note : 15/20                                 ♥♥♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire