29 juin 2018

Et ils meurent tous les deux à la fin de Adam Silvera



Couverture Et ils meurent tous les deux à la fin
Présentation :  

Titre : Et Ils meurent tous les deux à la fin
Titre Original : They both die at the end 
Auteur : Adam Silvera
Traducteur : Constance Mascureau
Saga : //
Tome : // 
Date de sortie : 2018
Nombre de pages : 406
1er Éditeur : Robert Laffont
Éditeur Poche : //
Collection : R'
Genre(s) : contemporain
Prix : 17,90 €
Spoiler : A peine et c'est dans ma façon d'écrire la chronique. Seuls ceux qui l'ont lu comprendront...
Lecture Commune : Non 
Particularité : Livre reçu par la masse critique de Babélio (merci à eux ainsi qu'à la maison d'édition Robert Laffont)


Résumé :

"Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toutes l'équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez-pleinement cette journée, ok ?"
 
Le 5 septembre, un peu après minuit, Death-Cast appelle Mateo Torrez et Rufus Emeterio pour leur annoncer une mauvaise nouvelle: ils vont mourir aujourd’hui.
Mateo et Rufus sont de parfaits inconnus, mais, pour différentes raisons, ils cherchent tous deux à se faire un nouvel ami lors de leur journée de fin. Les bonnes nouvelles: Il y a une application pour ça. C’est ce qu’on appelle le dernier ami, et grâce à cela, Rufus et Mateo sont sur le point de se retrouver pour une dernière grande aventure: vivre une vie en une seule journée.

Mon avis :
 
Disclaimer : Critique Cast n’existe pas et n’appartient à personne, j’utilise ce nom dans l’unique but de m’amuser un peu… 
 
Critique-Cast a téléphoné à Adam Silvera pour lui annoncer que son histoire n’a pas fait l’unanimité… Pourtant les idées étaient super intéressantes, mais sans doute n’a-t-il pas su les maitriser… La petite touche de science-fiction aurait pu être un atout si elle ne manquait pas de développement… C’est bien sympa de vivre dans un monde ou un imposant changement comme celui là est, mais il aurait été plus sympa qu’on nous explique le pourquoi du comment, les règles et ces différences d’évolution. 
 
Critique-Cast a téléphoné à Adam Silvera pour lui annoncer que son histoire aurait pu être encore plus sympatoche si elle n’était pas aussi mollesse sur les ¾ du roman. Fait dommageable car l’ennui n’à point tardé à faire son apparition pour ne plus quitter le lecteur finalement dépité… Il n’existe rien de plus terrible que de se dire d’un livre « Bon c’est quand que ça va bouger wesh… » 
 
Critique-Cast a téléphoné à Adam Silvera pour lui faire part d’une petite critique bien fondée. Il est vrai que si A.S s’était contenté de faire vivre un max d’évènements les uns à la suite des autres à ses personnages principaux ainsi que leurs petits camarades en une seule journée, il aurait tué toute forme de crédibilité ; mais, de la à ce qu’il ne se passe quasiment RIEN, la petite idée S-F n’aura pas été un investissement à long terme. La toute fin du livre relève un chouia le niveau mais ne suffit malheureusement pas à sauver toute l’histoire. 
 
Critique-Cast à encore téléphoné à Adam Silvera pour lui parler de ses personnages. Intéressants mais pour une promesse d’originalité, le cliché à tôt fait de pointer le bout de son nez. Deux personnages que tout oppose qui se rencontre comme par hasard en s’inscrivant et se connectant en même temps sur le même site (ils auraient du nous afficher l’heure, ç’aurait été au moins un peu marrant) et qui en plus, par la suite tombent amoureux en 30 secondes chrono… doit-on rappeler à l’auteur que tout se passe en moins de 24 heures… 
 
Critique-Cast ne cesse de déranger Adam Silvera, mais il avait encore une dernière chose à lui dire. Malgré une fin qui commence à intéresser le lecteur exigent, une fin annoncée dés le titre du roman, cette dernière manquait cruellement d’explosivité… Avec un titre aussi révélateur, la moindre des choses aurait été de nous surprendre un minimum. Un fil rouge dans l’histoire aura tout de même capté mon attention, l’histoire du four qui ne fonctionne pas et la mort de Matéo. Étant donné que je pense que ce n’était pas anodin, j’avoue avoir apprécié cette idée… beaucoup de questions m’ont taraudé l’esprit… 
 
Critique-Cast a téléphoné aux lecteurs qui ont adoré ce roman pour leur dire que c’est super cool qu’ils aient pu accrocher à ce point là. Puis, à ceux qui n’ont pas spécialement aimé pour leur dire qu’il se sent moins seul et moins déprimé. Et enfin, Critique-Cast a téléphoné a ceux qui n’ont pas encore découvert le livre pour leur dire qu’il est super important de ne pas se fier à tout ce qu’ils lisent, mais bien de se faire leur propre opinion… lire d’autres critiques, d’autres avis, c’est cool, mais que le leur reste le plus important à leur yeux…

Critique-Cast a téléphoné à la maison d’Édition Robert Laffont au service de la Collection R pour leur annoncer que le livre « Et ils meurent tous les deux à la fin » a été lu et en entier en plus (lol). Que la note qui lui a été attribuée représente un 10/20. Il précise que les idées du roman étaient plutôt intéressantes, le titre et le résumé très alléchants mais qu’il y avait un sérieux manque de développement quand à l’époque ou l’on est projeté, un rythme un peu mou qui fait tôt de lasser le lecteur en quête de sensation (après un titre pareil) un manque d’originalité sur des points importants et des explications.
C’est dommage…
 
24 heures plus tard, le livre se retrouve aux oubliettes. Nous sommes désolés de la tournure que prennent les évènements et espérons ne pas perdre l’auteur lors d’une prochaine rencontre livresque…
 
Ma note :
10/20

 

11 commentaires:

  1. C'est dommage parce que le résumé était tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi aussi, je le trouvais très tentant le résumé, mais aussi le titre...

      Supprimer
  2. Oh bah zut ! je l'ai acheté dès sa sortie mais pas encore lu, on verra bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben écoute, je serais curieuse de connaitre ton avis. pour l'instant, j'ai vu qu'on était deux à ne pas avoir super accrochées à ce livre...

      Supprimer
  3. Le rythme du roman et le côté science-fiction peu développé ne m'ont pas dérangé, même si je comprends ton point de vue. Et, franchement, ta chronique est géniale ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends également que ça ait pu passer, je me dis juste que sans ça ç'aurait été extra... merci beaucoup...

      Supprimer
  4. Personnellement, il me tarde de le découvrir, j'en attends beaucoup et j'ai vraiment hâte !

    RépondreSupprimer
  5. surmatabledenuit1 juillet 2018 à 09:06

    Ah mince... J'espère le découvrir malgré tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le dis dans ma chronique, c'est bien de lire divers avis, mais le plus important est notre propre avis. Et du coup, je serais ravie de lire ton avis.

      Supprimer
  6. J'adore ta chronique :) elle est super bien faite, et je comprends bien les points qui t'ont rendu lasse.
    Perso, j'ai beaucoup aimé. Je ne me le met pas en coup de coeur, mais ce livre m'a interpellé tellement de fois. Tant de répliques m'ont touché, tant de riens qui m'ont tout donné.
    Je ne m'attendais pas du tout à ça non plus, et j'ai été plutôt surprise au début .. par cette lenteur. Du coup j'ai pris les choses différemment, et je ne sais pas, j'ai eu un espèce de déclic.
    Ce qui était intense était EN EUX. Par dans ce qu'ils vivaient. . .
    Enfin, ça ne s'explique pas de toute façon je pense :p
    Je comprends ce que tu as pu ressentir, mais pour ma part, ça l'a fait 1000 fois :D

    RépondreSupprimer