7 juin 2013

Mais délivrez-nous du mal de Maurice Gouiran

Couverture Mais délivrez-nous du mal
Titre : Mais délivrez-nous du mal
Auteure : Maurice Gouiran
Nombre de pages : 244
Édition: Jigal Polar 
Genre : Polar    
Prix : 18,00 €
Particularité : j'ai reçu ce roman dans le cadre de masse critique de Babelio en partenariat avec les éditions Jigal Polar.



Résumé : 

 
Des hommes d’affaires sans scrupules qui s’étripent sans merci pour prendre le contrôle d’établissements médicaux aux bénéfices juteux. Des malades qui deviennent alors des clients dans une guerre des cliniques qui laissera en route quelques sommités sur le tapis. Des interventions chirurgicales ratées qui brisent la carrière de quelques sportifs prometteurs… Une justice qui tente de faire le tri entre la rapacité d’un patron et la négligence des chirurgiens. Une rumeur persistante qui insinue qu’un tueur en série abrège le séjour des hospitalisés… Clovis, enfin, qui partage son cœur – ou plutôt son lit – entre deux femmes que tout oppose, mais qui vont l’inciter à fourrer son nez dans ces histoires frelatées. Tiraillé entre naïveté, amour et curiosité, Clovis va prendre des risques inconsidérés afin de découvrir l’hypothétique serial killer qui tient tant à délivrer ses semblables du mal…
Mon avis : Quand je choisis un livre, le plus souvent, je le fais après avoir lu le résumé en quatrième de couverture. J'ai choisi ce livre dans masses critiques parce que c'était celui dont le résumé m'intéressait le plus parmi les livres restant. Et je trouvais le titre très mystérieux par rapport à ce même résumé. J'avais donc très hâte de le découvrir. Maintenant que c'est fait, je peux vous dire en quelques mots que ce roman est intéressant mais j'ai trouvé certaines choses bien et d'autres moins bien. Je commence par les moins bien.

Dans un premier temps, Je tiens à préciser que j'ai trouvé vraiment dommage que le résumé soit si révélateur. Je trouve qu'il en dit beaucoup trop et nous gâche le plaisir de découvrir ce qui va se passer. 
J'ai également était déçue par le style du récit dans lequel je n'ai pas ressenti l'effet polar. Pour moi ça manquait cruellement de suspense, d'effet de choc... d'étonnement, de surprise... ça s'approchait plus du roman contemporain que du polar. De même l'alternance entre Clovis qui raconte les faits à la première personne et le récit du reste de l'histoire (avec beaucoup de répétitions) à la troisième personne m'ont un peu gêné. 
Un dernier point négatif qui m'a fait rester sur ma faim. dans ce roman, on découvre deux histoires qui s'avèrent avoir un infime lien qu'on apprend seulement vers la fin alors que seule un de ces récits a un rapport direct avec le titre. Le reste, je n'ai vraiment pas compris pourquoi, j'avoue que je m'attendais à ce que les coupables soient les mêmes dans les deux histoires. Et puis, j'ai trouvé dommage que les narrateurs racontent l'histoire, je m'attendais vraiment à vivre au présent chaque point cité en quatrième de couverture.
Je sais, ça fait beaucoup de points négatifs, cependant, j'en ai trouvé de bons aussi, les voici : 
 D'abord, j'ai été ravie que l'auteur ait fait un joli clin d’œil à sa ville, à son langage. Ma ville. Mon langage. Marseille. Il y a glisser plusieurs mots et expressions qui m'ont fait me sentir chez moi. J'avais vraiment l'impression de faire partie de l'histoire. Cependant et même si les termes n'étaient pas des grosses pointures, je pense que l'auteur aurait pu ajouter un petit lexique en fin de livre pour expliquer ces mots/expressions. Un belge se sentirait un tantinet dépaysé dans ce roman. Un parisien aussi :). 

L'intrigue était pas mal du tout, même si je pense que l'auteur aurait pu creuser encore plus mais ce n'était pas tant gênant que ça. J'ai beaucoup apprécié également le fait que le récit soit totalement d'actualité. On lit ce roman, on le vit aussi, puisqu'on est en pleins dedans. Il se lit très rapidement, on ne s’ennuie pas une seconde. La plume de l'auteur est jolie et parfois marrante. j'ai vraiment passé un agréablement moment. 
Pour finir, un petit mot sur les personnages, même si j'ai trouvé que l'auteur leur donne un peu trop d'importance, on s'attache quand même à eux et quand on ferme la dernière page, ils nous manquent déjà. 

L'avis est mitigé parce que tous les points que j'ai évoqués ont leur part de positif et leur part de négatif. 

Pour résumer, deux intrigues intéressantes auxquelles il manquait un lien plus important, de bonnes idées à creuser d'avantage. des personnages un peu flou, on sait ce qu'ils font de leur vie, mais finalement ont ne sait pas qui ils sont vraiment. Un fort manque d'action qui aurait pu rendre certaines scènes mémorables. 

Je remercie encore une fois, le site Babélio et Les éditions Jigal Polar pour cet envoi. 

Ma note : 14/20



Mes prochaines chroniques : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire