4 janv. 2014

Les larmes noires de Julius Lester



Les larmes noires

Couverture Les Larmes noires Titre : Les larmes noires
Auteur : Julius Lester
Année  de sortie : 2009
Nombre de pages : 154
Éditeur : Le livre de poche jeunesse
Genre : Drame, contemporain, jeunesse
Prix : 4 € 90

Résumé :

1959. La jeune femme vit dans une plantation de coton entourée des siens et de la famille du maître, lorsqu'on la sépare de ses parents et de ceux qu'elle aime. A treize ans, elle est vendue, comme des centaines d'autres esclaves. Sarah, la fille du maître, très attachée à Emma, ne pardonnera jamais cette barbarie à son père...

Mon avis :

Ce livre a été un véritable coup de cœur pour moi. Quand il s’agit d’un sujet sensible comme l’esclavagisme, je ne résiste jamais. Et ce que j’ai grandement apprécié dans ce cours roman, c’est l’accessibilité pour la jeunesse. C’est un livre qui explique avec des mots simples dans une sorte de mise en scène (un peu comme au théâtre) des faits importants que tout individu se doit de savoir.

On croise dans cette histoire, un sacré nombre de personnages mais qui auront tous un rôle important à jouer dans la vie de la petit Emma, une jeune esclave noire employée dans l’une des familles blanches qui a la réputation d’avoir du respect pour leurs employés.

Un jour, Maître Butler n’a d’autre choix que de vendre une grande partie de ses employés pour éponger des dettes de jeu. Évidemment, cela mets tout le monde mal à l’aise. Se déroule alors en 1859 la plus grande vente d’esclaves jamais réalisée. Autrement dit, du jamais vu. Mais ce jour là, Maître Butler va commettre la plus terrible des actions en vendant Emma. Celle qui d’une part n’était pas préparée à la vente et d’autre part qui sera séparée à jamais de ses parents pour une question d’argent.

L’histoire même de l’esclavage n’est certes pas développée, elle n’est ici racontée que dans ses grandes lignes, elle n’en reste pas moins triste et absolument difficile à lire. Mais ce qui est important de noter, c'est la parole donner aux protagonistes de l'histoire plusieurs années après les faits. En tout cas, il est juste impossible de ne pas s’attacher à cette petite fille que le sort n’aura pas épargné. Même si la fin de l’histoire lui laissera un certain goût de liberté…

Ma note : 14/20                                 ♥♥♥♥♥

1 commentaire:

  1. Je penserai à toi si je le croise !
    Bisous ma belle et reçois tous mes voeux pour cette nelle année 2014, à bientôt !!!!

    RépondreSupprimer