27 août 2014

Yellow birds de Kevin Powers

Couverture Yellow Birds
Titre : Yellow birds  
Auteur : Kevin Powers
Date de sortie : 2014
Nombre de pages : 236
Éditeur : Le livre de poche (Éditions Stock)
Genre : Contemporain
Prix : 6,80 € 
Résumé :

Bartle, 21 ans, est soldat en Irak, à Al Tafar. Depuis l’entraînement, lui et Murph, 18 ans, sont inséparables. Bartle a fait la promesse de le ramener vivant au pays. Une promesse qu’il ne pourra pas tenir… Murphy mourra sous ses yeux et hantera ses rêves de soldat et, plus tard, de vétéran. 

Yellow birds nous plonge au coeur des batailles où se déroule la vie du régiment conduit par le sergent Sterling. On découvre alors les dangers auxquels les soldats sont exposés quotidiennement. Et le retour impossible à la vie civile.

Mon avis :

Ce cours roman est un hymne à la phrasée poétique. Et pourtant l'histoire contée ici est tout sauf poétique. C'est la guerre. Pendant. Et après. L'auteur soulève entre autre la question, comment vivre après la guerre ? Après avoir vu des gens mourir. Après avoir soi-même tué ?  

Dans ce récit plus que réaliste, l'auteur à soigneusement choisit ses mots. des mots qui décrivent les maux de la guerre. Des morts. De la torture. De la peur. des craintes. Et entremêlé à tout ça, il raconte l'histoire d'un jeune soldat qui lorsqu'il rencontre la mère de celui qui deviendra certainement son seul véritable ami des tranchées, lui fera une promesse. Une promesse qu'il ne tenait pas particulièrement à faire, mais les mots s'échapperont presque seuls de ses lèvres, pour ensuite cacher une horrible vérité et empêcher cette mère de connaitre le plus douloureux des maux, perdre son fils à la guerre. Malmené, brisé, Torturé, privé de toute dignité. Et tué.
 
L'auteur nous explique par ce récit combien il est difficile de retrouver un semble de vie après la guerre. Après avoir combattu pour une cause à laquelle il ne croit plus tellement. Son personnage est déchiré entre les horreurs qu'il a vues et commises et le retour bienveillant que le peuple américain lui réserve et le remercie d'avoir réussit.

L'auteur nous montre aussi combien Bartle, son personnage est torturé par rapport à cette promesse qu'il n'a pas su tenir. La perte de ce soldat, son ami et la manière dont il est mort. 

Yellow birds est un livre vraiment magnifique. A lire si les sujets sur la guerre vous intéresse. 

Extrait :

J'étais devenu une espèce d'infirme. Ils étaient mes amis, n'est-ce pas ? Pourquoi ne pouvais-je tout simplement pas nager à leur rencontre ? Qu'est-ce que je leur dirais ? Hé, comment ça va s'exclameraient-ils en me voyant. Et je répondrais, "J'ai l'impression que quelque chose me bouffe de l'intérieur et je ne peux rien dire à personne parce tout le monde est si reconnaissant envers moi ; je me sentirais trop ingrat si je me plaignais de quoi que ce soit." Ou un truc du genre, " Je ne mérité la gratitude de personne, et en vérité les gens devraient me détester à cause de ce que j'ai fait, mais tout le monde m'adore, et ça me rend fou." Bon.

Ma note :
20/20
♥♥♥♥♥

6 commentaires:

  1. Houlà, tu m'intéresses avec ce livre !
    Peut-être que je le lirai. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je considère ce livre comme un point de vue direct de la source. En plus jecrois que l'auteur lui-même a été soldat.

      Supprimer
  2. Un livre vraiment fort que je recommanderais aussi! Bien que le récit ne soit vraiment pas facile, la culpabilité d'avoir survécu et d'être rentré lorsque d'autres y sont restés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la culpabilité d'avoir fait ce qu'il a fait aussi, d'être même soldat et d'avoir donner la mort lui même. Et j'ai quelque part (je ne sais plus où) qu'aux États-Unis, ce livre est devenu un incontournable dans les lycées.

      Supprimer
  3. Je ne pense pas mieux défendre le roman que toi, ta chronique aussi est superbe ! Elle rejoint bien ce que j'en ai pensé, un roman intense et magnifique, qui aborde pourtant l'horreur de la guerre... Poignant, vivant, réaliste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. En tout cas, ta chronique m'a donné envie de le relire.

      Supprimer