7 mai 2018

Toutes blessent, la dernière tue de Karine Giebel

Couverture Toutes blessent la dernière tue
Présentation : 

Titre :Toutes Blessent, la dernière tue.
Titre Original : Toutes Blessent, la dernière tue.   
Auteur : Karine Giebel
Traducteur : //
Saga : //
Tome : // 
Date de sortie : 2018
Nombre de pages : 744
1er Éditeur : Belfond
Éditeur Poche : //
Collection : //
Genre(s) : Thriller
Prix : 21, 90 €
Spoiler :Zéro Spoiler.
Lecture Commune : // 

Résumé : 

Maman disait de moi que j'étais un ange. Un ange tombé du ciel. Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais... Je connais l’enfer dans ses moindres recoins. Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures. Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler… Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin… Frapper, toujours plus fort. Les détruire, les uns après les autres. Les tuer tous, jusqu’au dernier. Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. Un homme dangereux. Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !Parce que bientôt, tu seras morte.
 
Mon avis : 

Toutes m’ont blessé, la dernière m’a tué ! Chaque petite espèce de seconde que j’ai passé à lire chacun des mots griffonnés dans ce livre m’ont blessé… la dernière m’a tué ! Et l’auteure… m’a tout simplement achevée, comme elle sait si bien le faire depuis que je l’ai rencontré avec « Meurtre pour rédemption ». Que dire mise à part le fait que ce dernier livre est juste époustouflant !! 
 
Je ne suis jamais vraiment pressée de découvrir un nouveau roman de Karine Giebel parce qu’avec elle, je suis comme on le dit si bien dans le jargon littéraire dans « Ma zone de confort » si, si… Je savoure l’attente entre chacun de ses écrits avec une patience folle, parce que je sais qu’après, une fois son nouveau livre entre mes mains, je vais le savourer tout autrement. Le dévorer. N’en faire qu’une bouchée… Comme l’auteure parviendra à le faire avec moi, pauvre lectrice que je suis…
 
Je suis fan de cette auteure, de sa plume. Toujours aussi aiguisée. Tranchante. Acérée. Déchirante. Torturante… mais qui sait glisser par moment des instants de douceur. Des douceurs qu’il faut presque deviner certes, mais qui sont bien là, cachés entre les lignes, cachés dans le cœur de ces personnages auxquels ont ne devrait en aucun cas s’attacher et pourtant… ces douceurs, sont ces personnages qu’on attend plus, mais que l’auteure accepte de nous offrir pour apaiser nos petits cœurs qui saignent en même temps que ses personnages torturés a qui la vie (sa plume) n’a pas fait de cadeau… ces douceurs qui ne durent qu’un bout de temps…
Karine Giebel est forte pour ça. Créer des personnages qui indubitablement vont nous faire traverser des palettes d’émotions toutes plus intenses les unes que les autres. Des personnages hauts en couleur. Des personnages que la vie n’aura pas épargnée… des personnages qui subiront des choses que même dans un livre on n’ose imaginer… Mais Karine Giebel le fait. Pour dénoncer… c’est aussi ça, la force de l’auteure… Raconter pour dénoncer des horreurs pour lesquelles dans la vraie vie nous fermons les yeux…  Dénoncer dans les moindres détails, fussent-ils aussi difficiles à ingurgiter…  
 
Dans « Toutes blessent, la dernière tue », Karine Giebel ne déroge pas à sa propre règle. Nous montrer l’envers du décor. Ce qui se cache derrière de fausses vérités une fois qu’on gratte un peu en profondeur… Toutes blessent la dernière tue est une descente aux enfers crescendo. Tama notre personnage principal en fait les frais… parfois, on aimerait entrer dans l’histoire, pour changer les choses. Voler la plume de l’auteure pour écrire autrement, parce qu’une fois qu’on s’attache aux personnages, on est comme qui dirait sous une emprise détonante, on voudrait sauver ce personnage. Oh combien de fois j’eusse envie de sauver Tama. Combien de fois, j’eusse envie de lui venir en aide, combien de fois j’ai pesté contre l’auteure pour qu’elle cesse ces ignominies. 
 
Mais c’est un tout. Une histoire fascinante. Des personnages qui laissent cette trace indélébile dans notre esprit. Je me souviendrais de Tama comme je n’ai jamais oublié Marianne. Deux femmes incroyablement fortes qui resteront graver à tout jamais dans ma mémoire.
 
Dans « Toutes blessent, la dernière tue » on rencontre Tama une jeune marocaine vendue par son père à l’âge de 8 ans pour lui offrir une vie décente en France. Enfin, c’est ce qu’il croit. Ce qu’il croira jusque la fin de ses jours. Une jeune fille qui à peine a mis un pied sur le sol français, deviendra aussitôt une esclave. Une esclave moderne dit-on… 
 
Je ne souhaite pas en dire d’avantage sur l’histoire de Tama, parce qu’en tant que fidèle lectrice de Karine Giebel, j’ai déjà tout dit ou presque sur l’auteur. Alors, le mieux pour tout nouveau lecteur qui se sent le courage d’affronter sa plume est de complètement découvrir de quel bois se chauffe l’auteure. Je vous invite même à ne pas vous frotter à la quatrième de couverture afin de plonger directement dans les méandres de l’imagination et la plume tranchante de Mme Giebel… néanmoins, je précise que ce type de lecture s’adresse tout de même à un public avertit, donc âme sensible s’abstenir…

Ma note :

10 commentaires:

  1. surmatabledenuit8 mai 2018 à 08:32

    Je suis ravie que cette lecture t'ai plu !!!
    Pour ma part, je passe mon tour ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui beaucoup. Mais c'est vrai que Karine Giebel, on ne me la vent plus, je suis complètement mordue de sa plume...
      c'est dommage, je suppose que c'est pour le côté un peu trash ?

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cette auteure aussi, j'ai hâte de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de l'entendre. Je suis bien curieuse de connaître ton avis.

      Supprimer
  3. Eh bien, quel bel avis, tu m'as beaucoup touché avec tes mots et surtout, tu m'as vraiment tenté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère que ce livre frôlera rapidement les étagères de la bibliothèque. Je ne sais pas si tu as déjà lu du Giebel, mais c'est une auteure qui gagne a être connue.

      Supprimer
  4. Merci pour ton avis, mais je ne pense pas me laisser convaincre par ce livre.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai encore un livre de cette auteure à lire avant de découvrir celui-ci. Ta chronique me faite envie ;)

    RépondreSupprimer