17 mars 2014

Nuit grave de Ben Elton



Nuit grave

Couverture Nuit grave Titre : Nuit grave
Auteur : Ben Elton
Année  de sortie : Juin 2008
Nombre de pages : 446
Éditeur : Le livre de poche
Genre : Contemporain
Prix : 6, 95 €

Résumé

La Grande-Bretagne est en émoi : Peter Padget, un député anglais jusqu'alors inconnu, vient de proposer le vote d'une loi qui légaliserait toutes les drogues.
Objectif : débarrasser le monde des dealers et de la prostitution. Utopie ? Ruse habile pour devenir célèbre ? Idée de génie ? Et quelles en seraient les conséquences ? Pour Tommy Hanson, la pop-star, finie la rock'n'roll attitude ? Pour Jessie, petite fugueuse de dix-sept ans, terminée la prostitution ? Pour Sonia, jeune " mule " arrêtée en Thaïlande, fin du cauchemar ? Pour Leman, flic en croisade, oubliée la corruption des stups ? Et pour Emily, mannequin, adieu les régimes cocaïne ? Mais on ne s'attaque pas impunément à l'empire de la drogue.
Des stars du show-biz aux politiciens vedettes en passant par les tops model, les paparazzis, les flics ripoux et les tapineuses du crack... un roman british tout ce qu'il y a de plus corrosif....

Mon avis

Quand j’ai choisi de lire « Nuit grave » de Ben Elton, après consultation du résumé, j’ai pensé qu’on allait se trouver dans une histoire de fou qui se passe forcément la nuit et qui a un rapport avec le fait qu’un homme ose faire ce que tout politicien s’abstient en règle générale : Proposer une loi, pour légaliser toutes les drogues existantes et du coup, se faire trucider par les plus grands de la mafia, et X pourriture à qui profite toutes ces saletés… Je m’attendais donc à une histoire vive, qui bouge sans cesse avec des hauts, des bas, des crimes en tout genre (même si on est dans un contemporain…) Bref une histoire bien mouvementée, qui aller me tenir en halène du début jusque la fin.

Ce ne fut pas tout à faite le cas, à commencer par la compréhension du titre lui-même, qui ne concerne pas la nuit mais la nuisance. Ce que d’ailleurs j’ai fini par trouver plus logique, au vu du sujet. A double sens d’ailleurs, puisque dans l’un, l’auteur explique avec exemple à l’appui que les drogues, quelques quelles soient nuisent à la santé, et dans l’autre, de toute évidence le fait d’avoir voulu ou ne serait-ce que pensé à légaliser les droguent, nuit également… à la personne. Vu l’ampleur de la situation, dans le cas de certains personnages, cela a nuit (effectivement) et gravement.

Par rapport à ça, j’ai beaucoup aimé les vérités qui ont sonnées justes à chaque fois que l’auteur mettait le doigt dessus. Quant l’auteur dit que finalement, nous sommes tout des criminels, car si ce n’est pas nous qui consommons de la drogue, il peut s’agir d’un membre de notre entourage, ou bien rien que le fait d’acheter par exemple les CD d’un chanteur qui se drogue,  quelque part, nous sommes tout aussi coupable que lui… Ou encore, le fait de préciser que la cigarette, consommée lourdement (2 paquets/jour) est bien plus dangereuse que certaines drogues alors que cette dernière est légale elle… Et dans le roman, il y a plusieurs choses de ce type, qui font réfléchir.

D’un autre côté, même si j’ai trouvé intéressant que l’auteur passe par divers témoignages, celui d’une célébrité dans la musique, d’un mannequin, d’une jeune fille qui est tombée dans le cercle vicieux de la drogue et de la prostitution, d’une d’autre qui jouait d’une mule pour faire passer la drogue… et qu’à côté de ça est mis en évidence la vie privé du politicien qui a tout déclenché, j’ai trouvé que c’était parfois trop longuet, et souvent très vulgaire et du coup, ça faisait parfois plus cliché qu’autre chose… mais à part ça, ce fut une lecture intéressante.

Ma note : 14/20                          ♥♥♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire