13 sept. 2013

A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra



A quoi rêvent les loups
Couverture À quoi rêvent les loups Titre : A quoi rêvent les loups   
Auteur : Yasmina Khadra
Année  de sortie : Février 2009
Nombre de pages : 274
Éditeur : Pocket
Genre : Drame
Prix : 6 € 70

Résumé :
Alger - fin des années 80. Parce que les islamistes qui recrutaient dans l'énorme réservoir de jeunes gens vulnérables ont su l'accueillir et lui donner le sentiment que sa vie pouvait avoir un sens, parce que la confusion mentale dans laquelle il était plongé l'a conduit à s'opposer à ses parents, à sa famille, à ses amis et à perdre tous ses repères, parce que la guerre civile qui a opposé les militaires algériens et les bandes armées islamistes fut d'une violence et d'une sauvagerie incroyables, l'abominable est devenu concevable et il l'a commis.
Mon avis :

Pour bien vous parler de ce livre qui a été un gros coup de cœur pour moi, il faudrait que je cite pratiquement tous le livre, tellement la plume de l’auteur est juste. Pour moi Yasmina Khadra est l’auteur qui sait exactement poser sa plume, là où ça fait mal. En refermant ce livre, je suis passée par une palette multicolore d’émotions. Des couleurs qui donnent le ton de l’horreur, du malheur, de la souffrance,  de l’injustice, de l’intolérance, la violence, la peine et plus encore…

Yasmina Khadra nous dépeint ici l’horreur de la guerre civile que les algériens ont vécus à leurs dépends. Parmi eux, Nafa walid un citoyen algérien qui rêvait de devenir acteur et voulait connaitre la gloire, mais qui s’est laissé emporter par sa vulnérabilité, que les islamistes ont su détecté pour lui faire commettre l’irréparable.

On suit donc le chemin tortueux que va vivre Nafa dans un premier temps chez une famille riche en tant que chauffeur de taxi qui le traitera comme un moins que rien ; au point qu’il finira par penser qu’il l’est réellement. Témoin d’un meurtre (ou presque) il va quitter son travail et devenir l’homme pieu qu’il sait qu’il devrait être mais très vite, les islamiste vont mettre la main sur lui. Et de fil en aiguille, nous allons nous lecteurs être témoins à notre tour des plus vils horreur que l’homme est capable de connaitre.

Yasmina Khadra a une plume foudroyante, il sait exactement comment s’y prendre pour donner vie à son récit, on à presque l’impression d’y être. Comme ses personnages, on a peur, on tremble de peur, on suit le mouvement sans pouvoir faire la moindre chose qui casser l’engrenage dans lequel il nous plonge.

Et on assiste impuissant à l’horreur qui se déroule sous nos yeux, on a presque du mal à comprendre comment cet individu, Nafa a-t-il pu en arriver là, mais on ne peut s’empêcher de penser ce que nous nous aurions fait s’il on été à sa place.

Je tire mon chapeau à cet auteur donc j’ai déjà lu plusieurs ouvrages et je continuerai.

Pour finir quelques citations que je trouve absolument magnifique, même dans un cadre totalement noir et abominable, l’auteur sait comment nous toucher avec mots d’une puissance transcendante.

Citations :

« … Si je m’accroche encore à la vie, c’est juste pour retrouver l’odeur de mon enfant. Il est mon unique port d’attache, sur cette île… J’aurais moins froid, dans ma tombe si je partais avec la certitude qu’il va bien… »

« …Dans mon sommeil, mon ventre reçoit parfois des coups exactement comme ceux qu’il me donner lorsque je le porteren moi. Je meréveil en sueur, et je me dis que mon enfant à mal… »

« ... Une mère est comme un enfant, elle a besoin de toucher pour en avoir le cœur net. On a fait venir plusieurs fois le médecin à mon chevet. Il a dit que j’étais finie. Je suis déjà partie dans mon esprit, seulement ma chair refuse de suivre. Mon cœur n’est pas rassuré, tu comprends ? Une minute de son temps suffira à mon bonheur. Je m’en irai alors sans aucun regret… »

Et il même su me faire rire :

« … A force de vouloir péter plus haut que son cul, on risque de se fissurer le derrière… »

Ma note : 20/20             Coup de cœur ♥♥♥♥♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire